• Energie verte expliquée par Geoffroy Stern

    Au cours des trois dernières décennies, la recherche et le développement dans le domaine de l'énergie verte ont explosé, produisant des centaines de nouvelles technologies prometteuses qui peuvent réduire notre dépendance au charbon, au pétrole et au gaz naturel. Le consultant Geoffroy Stern explique ce qu'est l'énergie verte, et qu'est-ce qui en fait une meilleure option que les combustibles fossiles.

    Energie verte définie

    L'énergie verte provient de sources naturelles telles que la lumière du soleil, le vent, la pluie, les marées, les plantes, les algues et la chaleur géothermique. Ces ressources énergétiques sont renouvelables, ce qui signifie qu'elles sont naturellement reconstituées. En revanche, les combustibles fossiles sont une ressource limitée qui prend des millions d'années à se développer et continuera à diminuer avec l'utilisation.

    Les sources d'énergie renouvelables ont également un impact beaucoup plus faible sur l'environnement que les combustibles fossiles, qui produisent des polluants tels que les gaz à effet de serre en tant que sous-produit, contribuant au changement climatique. Pour avoir accès aux combustibles fossiles, il faut généralement creuser ou creuser profondément dans la terre, souvent dans des endroits écologiquement sensibles.

    L'énergie verte, cependant, utilise des sources d'énergie qui sont facilement disponibles partout dans le monde, y compris dans les zones rurales et éloignées qui n'ont pas autrement accès à l'électricité. Les progrès dans les technologies d'énergie renouvelable ont abaissé le coût des panneaux solaires, des éoliennes et d'autres sources d'énergie verte, plaçant la capacité de production d'électricité entre les mains de la population plutôt que du pétrole, du gaz, du charbon et des services publics.

    L'énergie verte peut remplacer les combustibles fossiles dans tous les principaux domaines d'utilisation, y compris l'électricité, l'eau et le chauffage des locaux et le carburant pour les véhicules à moteur.

    Types d'énergie verte

    La recherche sur les sources d'énergie renouvelables et non polluantes progresse à un rythme si rapide qu'il est difficile de suivre les nombreux types d'énergie verte actuellement en développement. Voici 6 des types d'énergie verte les plus courants:

    Énergie solaire - Le type le plus répandu d'énergie renouvelable, l'énergie solaire est généralement produite en utilisant des cellules photovoltaïques, qui captent la lumière du soleil et la transformer en électricité. L'énergie solaire est également utilisée pour chauffer les bâtiments et l'eau, fournir un éclairage naturel et cuisiner des aliments. Les technologies solaires sont devenues assez peu coûteuses pour alimenter tout, des petits gadgets portatifs aux quartiers entiers.

    Énergie éolienne - Le flux d'air à la surface de la terre peut être utilisé pour pousser les éoliennes, les vents plus forts produisant plus d'énergie. Les sites de haute altitude et les zones situées juste au large ont tendance à fournir les meilleures conditions pour capter les vents les plus forts. Selon une étude de 2009, un réseau d'éoliennes terrestres de 2,5 mégawatts dans les zones rurales fonctionnant à seulement 20% de leur capacité nominale pourrait fournir 40 fois la consommation mondiale actuelle d'énergie.

    Hydroélectricité - Également appelée énergie hydroélectrique, l'hydroélectricité est générée par le cycle de l'eau de la Terre, y compris l'évaporation, les précipitations, les marées et la force de l'eau qui traverse un barrage. Selon Geoffroy Stern, l'hydroélectricité dépend des niveaux de précipitations élevés pour produire des quantités significatives d'énergie.

    Énergie géothermique - Juste sous la croûte terrestre se trouvent des quantités massives d'énergie thermique, provenant à la fois de la formation initiale de la planète et de la désintégration radioactive des minéraux. L'énergie géothermique sous forme de sources chaudes a été utilisée par les humains pendant des millénaires pour la baignade, et maintenant elle est utilisée pour produire de l'électricité. Rien qu'en Amérique du Nord, il y a suffisamment d'énergie stockée sous terre pour produire 10 fois plus d'électricité que le charbon actuel.

    Biomasse et biocarburants

    Biomasse - Les matériaux naturels récemment vécus comme les déchets de bois, la sciure de bois et les déchets agricoles combustibles peuvent être convertis en énergie avec beaucoup moins d'émissions de gaz à effet de serre que les sources de pétrole à base de pétrole. C'est parce que ces matériaux, connus sous le nom de biomasse, contiennent de l'énergie stockée du soleil.

    Biocarburants - Plutôt que de brûler de la biomasse pour produire de l'énergie, ces matières organiques renouvelables sont parfois transformées en carburant. Les exemples notables incluent l'éthanol et le biodiesel. Les biocarburants ont fourni 2,7% des carburants dans le monde pour le transport routier en 2010. Geoffroy Stern indique qu'ils pourraient répondre à plus de 25% de la demande mondiale de carburants de transport d'ici 2050.


  • Aujourd'hui la CNIL s'intéresse de près à la collecte de données et les dérives qui peuvent exister. Comment peut-on concilier ville intelligente et la vie privée des citoyens ? Nous avons questionné le consultant Geoffroy Stern qui signale que la CNIL réfléchit à de nouvelles formes de gouvernance.

    C'est une entreprise de taille qui se fait quotidiennement via l'utilisation de capteurs dispersés dans tous les arrondissements, les bâtiments, les rues, les maisons et même dans nos poches. Avec le souhaite d'une ville fluide et optimisée. Mais la smart city est-elle compatible avec le respect de nos vies privées et la sécurisation des données? Qu'en est-il lorsque toutes les informations récoltées sont amassées par une poignée de sociétés privées?

    Les rapports entre la ville intelligente et la vie privée

    La CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) s'est penchée sur la question et alerte sur le fait qu'à long terme, il pourrait y avoir des dérives.

    Les individus et les sociétés privées

    Même si aujourd'hui, on entend de plus en plus parler du concept de smartcity, la question de la protection de la vie privée de l'individu n’a pas encore été prise à bras le corps. Geoffroy Stern explique que la grande majorité des personnes constituent des smartphones ambulants exploitables par les sociétés privées. Ces dernières collectent des tas de données sans se soucier systématiquement d’obtenir le consentement des personnes concernées. Et pourtant le principe du consentement est présent dans la loi française.

    Néanmoins, les choses vont changer progressivement. Dans quelques mois, les sociétés privées et les collectivités qui collectent des données seront dans l’obligation d’être conformes au RGPD, le règlement européen pour la protection des données. Parallèlement à la nouvelle réglementation, l'instance européenne pousse au développement de technologies nouvelles dont l’objectif et la protection de la vie privée.

    Des politiques publiques dépassées

    Clairement le pouvoir est en train de changer de main. Les sociétés privées disposent de plates-formes de partage d’informations extrêmement puissantes qui obligent les acteurs publics à s’adapter.

    Geoffroy Stern cite le cas de Waze, une plate-forme qui permet aux conducteurs de partager des données en temps réel afin d’améliorer la durée et la qualité de leurs trajets. Cette plateforme comme d'autres, pose problème aux politiques urbaines. Par exemple, Waze peut conseiller certains trajets et en délaisser d'autres parfois en défaveur de certains quartiers. Les contrôles routiers sont signalés, les bouchons également faisant dévier le trafic vers des quartiers habituellement plus tranquilles.

     

    Reste à savoir comment les acteurs publics s’adapteront à tous ces bouleversements si soudains. 


  • Le marché des objets connectés expliqué par Geoffroy Stern

    Le nouvel El Dorado annoncé par certains n'est pas pour tout de suite. De fait la valeur du marché des objets connectés pour la santé et la maison n'a pas dépassé 2% des dépenses hightech des Français en 2017 selon l’estimation de Xerfi.

    Un marché des objets connectés en plein croissance

    Concrètement, Geoffroy Stern indique qu'il s'agit d'un marché de niche. Mais un marché de niche promis à un bel avenir pour au moins trois bonnes raisons : La baisse drastique des prix des capteurs électroniques, l'essor des smartphones et les usages et design innovants de produits en phase avec les attentes des ménages en termes de bien-être et de gestion de l'énergie.

    La France face à la concurrence étrangère

    Dans ce domaine, la France est en position de force avec des pépites comme Parrot, Netatmo ou encore Withings. Mais la concurrence s'annonce rude sur ce marché émergent car aux côtés des jeunes startups françaises, on trouve aussi des start-up américaines comme Nest Labs acheté par Google ou Fitbit. On trouve aussi de puissants acteurs qui veulent leur part du gâteau des objets connectés.

    Geoffroy Stern cite les géants de l'électronique grand public tels que Samsung et Appel en tête. Il y a aussi les grands groupes de biens de consommation comme Nike ou Seb. Après tout, les objets connectés ne sont que des produits de grande consommation qui ont évolué: montres, ampoules, balances, thermostats.

    Evolution des produits de grande consommation

    C'est ainsi que le spécialiste des appareils de mesure Terraillon qui commercialise entre autre, balances et tensiomètres connectés pourrait bien changer de statut. Selon Geoffroy Stern, il pourrait passer de simple vendeur de produits d'auto-mesure à celui de prestataire de solutions à plus forte valeur ajoutée, de gestion du poids et du bien-être de ses clients.

    C'est ainsi que l'Internet des objets connectés ouvre de nouveaux modèles d'affaires fondés sur l'économie servicielle ou le produit est acheté pour l'usage et le service rendu.


  • AirBnb, une startup qui conquit le monde par Geoffroy Stern

    Des startups peuvent devenir grande. Airbnb vient d'atteindre les 1,5 millions d'annonces sur son site et a été valorisé à 30 milliards de dollars. Retour sur les points clés qui ont fait le succès de la société, avec Geoffroy Stern, consultant expert en économique et stratégie.

    Le principe de Airbnb

    Airbnb est un site qui permet aux particuliers de louer une partie ou la totalité de leur logement. Le secret de la réussite de Airbnb repose sur trois points. Geoffroy Stern indique que tout d'abord Airbnb répond à un besoin économique. Les loyers étant élevés dans de nombreuses villes, les propriétaires ont la possibilité d'arrondir leurs fins de mois en faisant de la location saisonnière. 

    Airbnb a réussi à attirer deux types de clientèles. Les clients qui avaient l'habitude de fréquenter les hôtels pour leur côté pratique et le confort et les clients qui logeaient dans les auberges de jeunesse car conviviales et abordables.

    Surmonter la méfiance

    Selon Geoffroy Stern, un autre point très important est la confiance car qu'on soit propriétaire ou vacancier, il faut que la confiance soit réciproque. Difficile au départ car on nous apprend depuis notre plus jeune âge à ne pas faire entrer des inconnus chez soi.

    Airbnb a réussi à vaincre ce préjugé en intégrant dans son site des techniques toutes simples. Par exemple lorsqu’un vacancier envoie un message trop court à un propriétaire afin de prendre contact, ça n'inspire pas confiance. Faisant face à ce constat, Airbnb proposa sur son site un espace pour rédiger un message, qui ne soit ni trop court ni trop long. Et pour inciter les vacanciers à mettre plus d'informations, Airbnb proposa des questions.

    Le potentiel de Airbnb

    En quoi cette société dispose d'un énorme potentiel et pourquoi est-elle valorisée à 30 milliards de dollars ? En réalité, Airbnb est en passe de devenir la norme pour la réservation en ligne. Elle prend une part de plus en plus importante par rapport à l'hôtellerie, amenant toujours plus de vacanciers à réserver sur Airbnb.

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires